La maman des tortues … elle est bien gentille!

tortue-verte-guadeloupe

Vous venez en voyage en Guadeloupe alors choisissez la saison des pluies pour la rencontrer! La période de ponte va débuter sur une plage, pendant la nuit. Elle remonte sur la plage en traînant péniblement ses membres palmés. Chaque avancée parait être la dernière tant la progression est laborieuse. Pendant la phase de montée sur la grève, retenez vos élans de tendresse et ne vous approchez pas d’elle. Par délicatesse, ne l’éclairez pas, ne la photographiez pas, surtout pas de face. Évitez de la troubler en parlant. Elle est susceptible et irascible en ces moments intenses. Si elle s’estime dérangée ou trop inquiétée, vous prenez le risque de la voir vous tourner le dos et repartir, comme elle est venue, par la mer… et elle n’aura pas délivré son précieux chargement de 110 à 180 œufs de 35 à 45 mm de diamètre.

Lorsque vous avez joué la carte de la discrétion, elle creuse dans un premier temps, un trou dans le sable avec ses pattes avant pour s’équilibrer, et puis un autre trou avec ses pattes arrières. Elle déverse alors les œufs. Elle préfère creuser son nid sous les arbustes à la lisière de la plage. Pendant la phase de ponte, le processus est entamé et vous pouvez vous en approcher, la filmer et la photographier sans crainte d’interférer sur les lois de la nature. Il en est de même pendant la phase de retour à la mer. Si vous désirez assister à l’émergence des nouveau-nés, vous revenez sur les lieux de la rencontre, 45 à 55 jours plus tard, le temps nécessaire à l’incubation des œufs.

Comme par magie, des tortues miniatures surgissent du sable avec une carapace de 45 mm environ… et là, prudence ! Ces petits vont apprendre la dureté de la vie… Une prédation naturelle va s’opérer à leur encontre. Les oiseaux, les chiens, les crabes, les iguanes raffolent de cette nourriture à quatre pattes, inexpérimentée. Aucun éclairage ne doit les distraire et perturber leur migration vers la mer. Le trajet du nid vers l’océan est physiologiquement indispensable. Donc, les prendre et les lâcher directement dans la mer serait, dans votre cas, ce qu’on appelle commettre l’irréparable ! Le parcours de ces petits combattants ne fait que commencer. Il continue dans l’eau où les attendent requins voraces et poissons gloutons.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s